Centre d'aide aux propriétaires
Découvrez tous les services de Quittance

Comment remplir sa déclaration n°2044 des revenus fonciers en réel ?

Par Stéphanie Tramicheck  |  Mise à jour : 03/05/2013
Catégorie :  Déclarer ses impôts fonciers  > 

Déclaration 2044

Cet article vous explique comment remplir votre déclaration des revenus fonciers 2012 n°2044.
Si vous êtes en micro-foncier, consultez notre article " Comment remplir sa déclaration des revenus en micro-foncier ? ". Pour les revenus tirés de locations en meublé, reportez-vous à l'article " Régime simplifié micro-BIC pour les revenus fonciers de locations en meublé "


Voici en images et avec des mots simples notre guide pour vous aider pas à pas à remplir votre déclaration des revenus fonciers.


La seule application web
qui vous aide à remplir votre 2044 (S)


Vous avez un ou plusieurs logements loués vides. Vos revenus annuels brut dépassent la limite des 15 000 € ou vous choisissez délibérément de ne pas bénéficier du régime micro-foncier, vous allez donc déclarer vos revenus fonciers sous le régime réel. Vous remplissez alors le formulaire n°2044 de "Déclaration des revenus fonciers 2012".

bon à savoir
Envie de gagner du temps ? Peur de faire des erreurs ? Quittance.com propose un service en ligne de déclaration des revenus fonciers. Déclarez vos revenus fonciers en quelques clics et sans erreur et téléchargez votre formulaire 2044 ou 2044 SPE rempli, prêt à poster.


Etape 1 - Identifiez les logements mis en location

Pour commencer, listez chaque logement que vous louez dans le cadre 200 qui courre en longueur sur la page 2 et la page 3.

bon à savoir
Par "Immeuble", les impôts entendent "logement".

Pour chaque logement, indiquez le nom et prénom du locataire, la date d'acquisition et l'adresse du logement.
Précisez enfin si un ou plusieurs de vos logements bénéficient d'un dispositif d'investissement locatif, en cochant éventuellement la case correspondante. Si votre bien ne correspond à aucun de ces régime particulier, ne rien cocher.

Liste des propriétés
Repère 1 — Liste des propriétés (cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Cas particuliers :
S'il y a eu un changement de locataire en cours d'année, indiquez l'identité des locataires successifs sur la même ligne "Nom et prénom du locataire" (voir exemple Repère 1).

Si vous possédez plusieurs logements loués vides ou assimilés dans un même immeuble, vous pouvez les inscrire individuellement (logement 1= Immeuble 1, logement 2 = immeuble 2 ...) ou vous pouvez les regrouper sous un même label ("immeuble 1" = logement 1 + logement 2). Cela vous sera utile si vous avez plus de 8 logements (nombre maximum de logements, en location vide, distincts sur une même déclaration). Dans ce cas, il est important de préciser dans "adresse" les étages des logements et dans "Nombre de locaux", le nombre de logement regroupé sous une même appellation "immeuble 1" (voir exemple Repère 2).

Si vous êtes propriétaire indirectement via des parts dans une SCI de copropriété, il faut indiquer sous "Immeuble 1 / Nombre de locaux" votre quote part de la SCI. Les valeurs ensuite indiquées dans Recettes et Frais de charges doivent être celles de votre quote-part dans la SCI (Voir exemple Repère 2).

Nombre de locaux, cas des SCI
Repère 2 — Nombre de locaux par Immeuble et cas de part de SCI



Les étapes 2 à 4 se font logement par logement


Etape 2 - Détaillez vos recettes

Maintenant vous devez remplir logement par logement le détail de vos revenus fonciers (ligne 210 à 215).
Les revenus fonciers ne proviennent pas seulement de vos loyers. Vous devez plus globalement prendre en compte tout ce qui vous a été versé et lié à la location du logement.


Etape 2.1 - Loyers bruts encaissés (ligne 211) :
Vous devez inscrire ligne 211 la somme des loyers hors charges et encaissés en 2012.

Les provisions pour charges que le locataire paye mensuellement avec ses loyers ne rentrent donc pas en compte dans le calcul du montant des loyers brut perçus.
exemple
Si le logement est loué pour 945 € / mois incluant 45 € de provision de charges. Le loyer brut est donc de 900 € / mois.

Il ne faut tenir compte que des loyers qui ont été effectivement payé par le locataire en 2012, quelque soit la date à laquelle ils correspondaient.
exemple
Si le loyer de décembre 2011 qui aurait dû être payé le 1er décembre 2011, mais que vous n'avez été payé que le 3 janvier 2012, alors ce montant versé le 3 janvier 2012 doit être pris en compte dans le calcul des loyers encaissés en 2012.
Si le loyer de décembre 2012 a été payé par votre locataire le 3 décembre 2012 à l'agence immobilière qui gère votre logement mais que celle-ci ne vous a reversé le loyer que le 10 janvier 2013, vous devez quand même compter le loyer de décembre 2012 dans le montant des loyers bruts encaissés en 2012.

Si vous aviez payé des réparations locatives qui étaient à la charge du locataire et que celui-ci vous les a remboursé en augmentant d'autant le paiement d'un loyer, vous devez retirer cette somme perçue du calcul du montant des loyers bruts encaissés.

Le total des loyers bruts encaissés est à reporter ligne 211.


Etape 2.2 - Dépenses mises par convention à la charges des locataires
Doivent être considérées comme des revenus, des dépenses que le locataire a payé alors que, par leurs natures, elles auraient dû incomber légalement au propriétaire, mais au moment de la signature du bail, celles-ci ont été clairement imputées à la charge du locataire.
Plus concrètement, il s'agit des travaux qui ont été mis à la charge du locataire dans une clause express de travaux dans le bail ou le paiement de la taxe foncière, de réparations non-locatives si elles ont été indiquées dans le bail comme étant à la charge du locataire.

Si une de ces dépenses rentrent dans le champs des dépenses déductibles (voir plus bas), alors vous pouvez les omettre ici. Dans ce cas, vous ne prendrez pas aussi en compte dans le calcul des "Frais et charges" (lignes 220 à 240).

Le total des dépenses payées par le locataire par convention express du bail et qui auraient dû vous incomber, sont à reporter ligne 212.


Etape 2.3 - Recettes brutes diverses
Les recettes brutes diverses correspondent à des montants que vous avez perçus par des tiers autres que votre locataire et qui sont directement liées à la location du logement. Elles comprennent :
  • des indemnités d'assurances correspondant à des loyers impayés et versés au titre d'une assurance "garantie de loyers" que vous aviez souscrites;
  • les subventions de l'ANAH, des primes pour la réalisation de travaux d'amélioration ou des indemnités d'assurance perçues en 2012 au titre du remboursement de travaux occasionnés par des dégâts
  • des recettes liées à la location de panneaux ou d'emplacement de publicité ou de droit d'affichage
  • des recettes liées à la location de toits pour des antennes de téléphonie mobile
  • la portion du dépôt de garantie retenue par le propriétaire au départ du locataire au titre des dégradations commises
La somme des recettes brutes diverses est à inscrire ligne 213.


Zoom sur le dépôt de garantie
Le dépot de garantie n'est pas à imposable au démarrage de la location, quand le locataire vous le verse et que vous l'encaissez. C'est seulement au départ du locataire et pour la seule la portion du dépôt de garantie que vous retenez que vous prendrez en compte la somme correspondante pour votre déclaration des revenus fonciers et si celle-ci est utilisée pour les cas suivants :
  • au titre des dégradations constatées à l'Etat des lieux de sortie ;
  • pour compenser le montant des loyers qui n'ont pas été payés à leurs termes (hors charges) ;
  • pour payer les charges locatives (chauffage collectif par exemple) que le locataire ne vous a pas réglé à son départ.



Valeur locative réelle des propriétés dont vous vous réservez la jouissance
Cela ne concerne pas les logements d'habitation et leurs annexes (résidence principale, secondaire, logement vacant, garages, celliers, jardins ...) que vous conservez pour votre utilisation personnelle ou que vous prêtez gratuitement à des amis. Cela concerne les locaux commerciaux nus dont vous vous gardez l'usage, notamment en les mettant gratuitement à la disposition de tiers sans contrat de location, ainsi que les étangs et cours d'eau dont vous vous réservez l'usage.
Si vous possédez un local qui rentre dans le champs d'application, vous devez alors calculer le loyer annuel théorique qu'aurait du générer le bien s'il était loué normalement. Cette somme est la valeur locative réelle à reporter ligne 214.
Elle doit être évaluée par rapport à des locaux similaires à proximité. Si aucun comparatif n'est possible, à vous de faire une estimation honnête, qui doit au moins couvrir vos frais liés à ce local. Ces frais seront par ailleurs déductibles de vos revenus fonciers dans la partie "Frais et charges".

à noter
Les charges correspondantes aux logements d'habitation et leurs annexes dont vous vous gardez la jouissance, ne peuvent pas être prises en compte dans le calcul des "Frais et charges" qui viennent diminuer le revenus fonciers.


Après avoir reporté les montants correspondant aux lignes 211 à 214, faites la somme des recettes brutes en ligne 215.


Etape 3 - Calculez les dépenses liées à vos locations (lignes 220 à 240)

Maintenant que vous avez calculé vos rentrées, il faut calculer et détailler les dépenses et charges liées à chaque location. De manière générale, rappelez-vous que vous devez prendre en compte les dépenses acquittées en 2012, plus exactement payées en 2012.
Si certaines dépenses sont regroupées mais concernent plusieurs logements, il faut calculer pour chaque colonne (c'est-à-dire chaque logement) la répartition au prorata des parties louées. C'est notamment le cas pour les charges de syndic si vous possédez plusieurs logements dans un même immeuble.
Enfin pensez à systématiquement garder tous les justificatifs, idéalement nous vous conseillons de joindre une copie de tous les justificatifs à votre déclaration pour plus de clarté avec l'administration fiscale.


Etape 3.1 - Frais d'administration et de gestion (ligne 221)
Trois catégories de frais rentrent dans cette section.
  • Les rémunérations des gardiens et concierges :
    Si vous êtes en copropriété, les rémunérations des gardiens et concierges sont globalisées dans le calcul des charges de copropriété. Il ne faut donc pas les renseigner ici, car ces frais seront pris en compte ligne 229 dans les "provision pour charges" des immeubles en copropriété.
    Si vous n'êtes pas en copropriété, c'est donc ici que vous devez détailler les rémunérations des gardes, gardiens ou concierges qui assurent la garde d'un immeuble, d'une maison individuelle ou d'un domaine. Il faut prendre en compte le salaire versé, les charges sociales ainsi que les avantages en nature tel que l'électricité, l'eau, le gaz ...

  • Les honoraires et commissions versés à un gestionnaire :
    Il s'agit ici de déduire tous les coûts liés à la gestion de vos location et notamment :
    • les honoraires d'un administrateur de biens à qui vous avez confié votre logement en gestion locative,
    • les frais de logiciel ou de service en ligne comme Quittance.com,
    • les rémunérations à des agents immobiliers pour la recherche d'un locataire et/ou la rédaction des contrats de location,
    • les honoraires pour la tenue d'une comptabilité ou le secrétariat pour la gestion de vos locations,
    • les frais liés à la rédaction de vos déclarations fiscales,
    • les cotisations versées à des chambres syndicales de propriétaires et de copropriétaires fournissant un service d'accompagnement.
  • Les frais de procédure légale :
    Ce sont tous les frais payés à un huissier, un avocat, un notaire ou un expert et les frais de procédures qui concernent le règlement de litiges avec votre locataire, un entrepreneur ou prestataire de travaux, ou encore avec un tiers pour des litiges portant sur la propriété du logement donné en location.


Etape 3.2 - Les autres frais de gestion (ligne 222)
Les "autres frais de gestion" comprennent les frais de correspondance, de déplacement ou de téléphone, les achats de materiels, de mobiliers de bureau... liés à la gestion du logement donné en location.
Ces frais sont forfaitisés à 20€ / local.
Par local, l'administration fiscale entend "logement et ses annexes" loués à un même locataire. Ainsi, si vous louez à une même personne un appartement, un parking et une cave, vous pouvez déduire 20€ ligne 222.


Etape 3.3 - Primes d'assurance (ligne 223)
Vous pouvez compter en dépense les montants versés pour payer vos assurances liées à la conservation du logement mis en location. Sont donc comprises dans cette section les assurances couvrant les risques suivants :
  • les loyers impayés (assurance "garantie loyers impayés", "garantie des risques locatifs" incluant la GRL ... );
  • la responsabilité civile du propriétaire bailleur, notamment pour les dommages que le logement assuré pourrait causer au locataire ou aux tiers (assurance "propriétaire non-occupant") ;
  • risques d'incendie et les risques annexes;
  • dégâts des eaux;
  • bris de glace;
  • dégâts causés par une tempête, la grêle ou la neige;
  • dommages causés par le vol ou le vandalisme;
  • dommages causés par une catastrophe naturelle.

attention
Le coût des assurances décès-invalidité et/ou assurances chômage souscrites conjointement à un emprunt pour acquérir le logement donné en location ne doivent pas être pris en compte ici, mais ligne 250 "Intérêts d'emprunt"
Les assurances "multirisque habitation" incombent aux locataires et ne peuvent donc être comptabilisées ici, même si vous les avez réglées pour le compte de votre locataire.

à noter
Si vous louez votre logement en social suite à la signature d'une convention, si la garantie des risques locatifs souscrite respecte bien le cahier des charges de l'UESL (Union d'économie sociale pour le logement), vous pouvez choisir de déduire le coût de cette assurance en tant que crédit d'impôt sur le revenu (case 4 BF de la déclaration 2042). Ce crédit d'impôt est égal à 50% du montant de cette assurance payée en 2012.


Etape 3.4 - Dépenses de réparation, d'entretien et d'améloration
Le coût de certains travaux réalisés dans votre logement peuvent être déduit de vos revenus foncier, mais pas tous.

Reportez le coût total des travaux ligne 224 et détaillez au cadre 400 la nature des travaux, le nom et l'adresse des entrepreneurs qui ont réalisé les travaux, la date de paiement (qui doit être en 2012) et le montant exact correspondant. Pensez à bien conserver les factures correspondantes qui vous seront demandées en cas de contrôle fiscal.

attention
Si vous avez réalisé vous-même des travaux de réparation, d'entretien ou d'amélioration dans le logement loué, vous ne pouvez pas déduire la rémunération du temps que vous y avez consacré. Vous pouvez par contre déduire le coût des matériaux utilisés. Pensez à bien garder les factures correspondantes.

Les arrhes ou acomptes versés en 2012 aux entrepreneurs sont aussi à comptabiliser ligne 224 et cadre 400, même si les travaux n'ont pas été fini en 2012.

Si vous avez souscrit à un crédit pour payer vos travaux et si la banque a payé en une fois l'entrepreneur, vous devez déduire la totalité de la somme versée à l'entrepreneur par la banque si elle a été versée en 2011. Si le paiement de l'entrepreneur se fait au fur et à mesure, vous devez ne déduire que les montants payés à l'entrepreneur en 2012.

Quels sont les travaux que vous pouvez déduire de vos revenus fonciers ?
Les dépenses de réparation et d'entretien qui ont pour objet de maintenir ou de remettre en état un logement afin d’en permettre un usage normal sans en modifier la consistance, l’agencement ou l’équipement initial. Par exemple:
  • traitement des bois contre les insectes xylophages tels que les termites ;
  • remise en état de l’installation de chauffage central (remplacement de canalisations et d’éléments de radiateurs) ;
  • travaux de remise en état de la toiture de l’immeuble, ravalement et crépissage des murs et réfection des peintures extérieures ;
  • remplacement de la chaudière du chauffage central ;
  • dépenses effectuées pour rendre une installation d’ascenseur conforme aux normes réglementaires de sécurité ou pour remplacer un ascenseur vétuste.
Les dépenses d'amélioration qui ont pour objet d’apporter un équipement ou un élément de confort nouveau ou mieux adapté aux conditions modernes de vie, sans modifier cependant la structure de cet immeuble, comme par exemple :
  • l’installation initiale ou le remplacement par un équipement mieux adapté aux conditions modernes de vie : chauffage central; salle d’eau; cuisine; tout-à-l’égout; ascenseur; antenne collective de télévision ;
  • l’installation d’une porte automatique d’ascenseur dans le cadre de dépenses occasionnées par la mise en conformité aux normes réglementaires de sécurité ;
  • l’agrandissement des fenêtres et pose de persiennes ;
  • la réfection de l’installation électrique et aménagement de nouvelles installations sanitaires sans accroissement du volume et de la surface habitable ;
  • la réparation de la toiture d’un bâtiment, par remplacement d’une partie de la charpente, le ravalement de sa façade, l’ajout de balcons en fer forgé, la pose de dalles ainsi que la consolidation ou le changement de cloisons intérieures de manière à aménager des appartements dans les volumes existants ;
  • la pose de sanitaires, installation de salles d’eau, réfection de la peinture et de la plomberie, de manière à aménager des appartements dans les volumes existants.

Si le logement fait partie d'une copropriété, et que ces dépenses sont déjà inclues dans les provisions pour charges payées au Syndic de l'immeuble, vous déduirez le montant des travaux correspondant en déduisant le montant des provisions pour charges payées au Syndic ligne 229.

astuce
Les dépenses liées aux diagnostics techniques obligatoires préalables à la mise en location tel que le DPE (Diagnostic de Performance Energétique), les diagnostic relatif au risque d’exposition au plomb ou encore ERNT l'information sur l'Etat des Risques Naturels et Technologiques majeurs, etc, sont déductibles, s'ils ont été payé en 2012, au titre des dépenses d'entretien ligne 224.

Les travaux de construction, reconstruction ou d'agrandissement ne peuvent pas être déduits. Ce sont les travaux qui permettent la création d'un nouveau local, qui apportent une modification importante au gros oeuvre ou qui accroître le volume ou la surface habitable.

Les dépenses locatives ne sont pas déductibles, car elles sont normalement à la charge du locataire, sauf pour les 2 exceptions suivantes :
  • les dépenses occasionnées par la vétusté ou la force majeure : peintures effectuées à la suite de la remise en état des conduits de fumée ; travaux ou réparations faisant suite à un cataclysme naturel (inondation, gelée, etc.) ;
  • les dépenses engagées en vue de faciliter la location : frais de réfection des peintures intérieures, par exemple ;

Zoom sur le crédit d'impôt "Economie d'énergie et développement durable"

Les dépenses effectuées en faveur des économies d’énergie et du développement durable entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2012 dans des logements achevés depuis plus de deux ans que vous vous engagez à louer nu à usage d’habitation principale pendant au moins 5 ans peuvent ouvrir droit à un crédit d’impôt dans une limite de 8 000 €.
Ces dépenses ne peuvent alors être déduites des revenus fonciers mais sont déclarées au titre du crédit d'impôt sur la déclaration 2042 des revenus, page 5 cases 7SA à 7SE. Vous devez aussi joindre à votre déclaration une déclaration sur l'honneur vous engageant à louer le logement pendant 5 ans comme habitation principale vide.
Les dépenses qui excèdent le plafond des 8 000€ peut être déduit au titre des dépenses d'amélioration, ligne 224.



Etape 3.5 - Les charges récupérables non récupérées au départ du locataire (ligne 225)
Ce sont les charges locatives que le locataire auraient dues payer, mais que vous avez réglées pour son compte (frais de chauffage, taxe de balayage et d'enlèvement des ordures ménagères...). Seules les charges récupérables non payées par un ancien locataire au 31 décembre de l'année de son départ peuvent être prises en compte.
La portion du dépôt de garantie que vous conservez au départ du locataire pour compenser les charges locatives non payées par le locataire sont à déclarer ici.


Etape 3.6 - Les indemnités d'éviction, frais de relogement (ligne 226)
Pour libérer un logement que vous souhaitez relouer immédiatement, il vous ait possible de verser une indemnité d'éviction au locataire. Cette indemnité peut être déduite de vos revenus fonciers en la déclarant ligne 226.
Toutefois si le versement de cette indemnité sert à libérer le logement pour que vous l'occupiez ou le revendiez, cette indemnité ne peut alors être déduite.

Si vous avez réalisé des travaux dans un logement donné en location et avez alors relogé le locataire durant les travaux, les frais liés à ce relogement sont déductibles ligne 226.


Etape 3.7 - Taxes foncières et taxes annexes de 2011 (ligne 227)
Il s’agit de la taxe foncière et des taxes annexes à cet impôt (taxes spéciales d’équipement).
Ces taxes sont déductibles pour la fraction restant à la charge du propriétaire, c’est-à-dire, sauf convention contraire :
  • pour la totalité de la taxe foncière sur les propriétés bâties et des taxes annexes en ce qui concerne les propriétés urbaines ;
  • à concurrence de la fraction des taxes foncières, de la taxe régionale et de la taxe spéciale d’équipement légalement ou conventionnellement à votre charge.
attention
La taxe d'enlèvement des ordures ménagères n'est pas déductible des revenus fonciers (bien qu'intégrée à la taxe foncière). C'est une taxe que le bailleur doit récupérée auprès du locataire. Par contre la totalité des frais de gestion de l'avis de taxe foncière (y compris ceux relatifs à la taxe d'enlèvement des ordures ménagères) est déductible et à comptabiliser ligne 227.


Etape 3.8 - Pour les logements en copropriété, déduction des charges (provisions et régularisation des charges) (ligne 229 et 230)
La déduction des dépenses liés aux charges de copropriété se fait en deux temps.
D'abord il faut déduire chaque année le montant total des provisions pour charges payées trimestriellement au Syndic de copropriété de l'immeuble et versées en 2012. Les appels de fond que peut le Syndic de copropriété peut vous avoir réclamé, ne doit être rajouté à la ligne 229 que si les travaux correspondant sont déductibles. Votre syndic vous a normalement communiqué cette information en vous envoyant une attestation spéciale concernant ces travaux. Sans cette attestation, vous ne pouvez inclure le montant des travaux dans la ligne 229.

Ensuite, vous devez réintégrer la régularisation des charges que votre Syndic de copropriété a du vous communiquer courant 2012 pour régulariser les charges de copropriété payées en 2011. Cette régularisation annuelle provient de la comparaison de ce que vous avez réglé à votre Administrateur de biens en 2011 et de l'arrêté des comptes de l'immeuble au 31 décembre 2011 (c'est-à-dire ce qui a été réellement dépensé). Ainsi courant 2012, votre Syndic vous avez communiqué un arrêté des comptes pour votre logement donné en location qui couvrait la période du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2011. Ce décompte était ventilé en trois parties : les dépenses déductibles, les dépenses non-déductibles et les dépenses récupérables.

Vous devez renseigner sur la ligne 230, au titre de la régularisation des provisions pour charges déduites au titre de l'année 2009, la somme suivante :
  • la différence totale entre les provisions et le réel sur l'année (positif ou négatif) ;
  • le montant des dépenses non déductibles réelles pour l'année 2011 ;
  • le montant des dépenses récupérables réelles pour l'année 2011.
à noter
Les dépenses récupérables sont normalement à la charge du locataire. A vous de procéder à une "régularisation des charges locatives" auprès de votre locataire pour compenser la différence (positive ou négative) entre les provisions pour charges locatives payées mensuellement par le locataire et le montant réel des charges locatives.


Etape 4 - Calculez les Intérêts d'emprunt

Tous les intérêts d'emprunt payés en 2012 pour des emprunts contractés pour l'acquisition, la conservation, la construction, l'agrandissement, la réparation ou l'amélioration de logements donnés en location peuvent être déduits des revenus fonciers.
Pour cela renseignez ligne 250 le montant de ces intérêts augmentés des frais liés à ces emprunts (frais de constitution de dossier, frais d'inscription hypothécaires ..).

En cas de renégociation d'emprunt
S'il s'agit d'un emprunt nouvel emprunt qui vient se substituer à un emprunt existant, les intérêts et frais du nouvel emprunt ne peuvent être déduits que ceux-ci n'excèdent pas les montants liés au premier emprunt.


Etape 5 - Calculez le résultat foncier (lignes 260 à 263, case E, F, G, H et I puis 420) et répartition du déficit foncier (lignes 430 à 441)

Le résultat foncier est lui-même très facile à calculer.
Il suffit par logement de faire la différence entre la ligne 215 (total des recettes) moins la ligne 240 (total des frais et charges), moins les intérêts d'emprunt (ligne 250).
Si vous avez plusieurs logements, faites la somme de tous les résultats foncier, case I.

Vous obtenez alors soit un résultat positif : vous avez dégagé des revenus fonciers. Ils sont à reportez case 4BA de la déclaration des revenus 2042. soit votre résultat foncier est négatifs, il faut alors calculer la répartition du déficit foncier de 2012.

N'oubliez pas de préciser cadre 410 "Descriptif des frais" le nom et l'adresse de l'organisme qui vous a consenti le prêt (avec en référence le n° du logement correspondant choisit sur cette déclaration) ainsi que la date du démarrage du prêt et le montant global des intérêts versés.

La répartition des déficits fonciers n'est pas la même pour les dépenses liées aux intérêts d'emprunt que pour les autres frais et dépenses. Dans la limite de 10 700 €, les frais et dépenses (ligne 433) va venir diminuer le montant des revenus globaux (case 4 BC sur la déclaration 2042). L'excédent vient d'imputer sur les revenus fonciers des années prochaines (case 4BB sur la déclaration 2042).


N'oubliez pas de remplir sur la 1ère page, votre état civil et votre adresse (cadre 100), ainsi que de dater et signer (cadre 120) cette déclaration.